Pourquoi la mort d’un frère ou d’une sœur c’est comme perdre une partie de soi